Louis Sclavis
Ad Augusta per angustia
777 740 (réédition 1998) - sortie 19-04-1982

acheter

1981 est une année importante pour Louis Sclavis, membre actif de l’Arfi (souffleur du Workshop de Lyon) et invité régulier de la Compagnie Lubat. Ce jeune musicien excite l’ensemble de la planète jazz de France, les grands aînés clarinettistes, Jacques Di Donato et Michel Portal, l’ont parfaitement remarqué.


Il arrive au Festival de Chantenay-Villedieu en 1980 avec des arrangements de thèmes d’Albert Ayler qui seront joués par les cors de chasse de la Chantenaysienne. C’est à ce moment que se décide la réalisation de Ad Augusta per Angustia (quatrième disque nato). Alors qu’il est le jeune musicien le plus demandé (on se l’arrache littéralement), c’est en solo (ou presque) que Louis Sclavis choisit de se présenter pour ce premier chapitre d’une œuvre impressionnante.

La chapelle de Villedieu et le théâtre Dunois, lieux importants de la création buissonnière des années 80, en sont le décor (comme pour moultes disques nato à venir). " Pour composer ce disque, j’ai d’abord enregistré deux concerts d’une heure pour lesquels je n’avais volontairement rien préparé. J’y suis venu sans idée précise de ce que je voulais jouer, sans thèmes… simplement avec tous mes instruments et, plus encore, tout ce qui me plaît, me préoccupe, ce qui commence à prendre forme dans ma tête – avec, aussi, toutes les choses dont je voudrais me débarrasser " confiait alors Louis Sclavis à Christian Tarting (in Jazz Magazine).

Avec ces plages tour à tour " intrigantes, ébouriffantes et émouvantes " pour reprendre les mots d’Alain Gerber dans Son Magazine, Louis Sclavis signe un véritable premier disque, point de départ exemplaire d’une démarche unique et enviable.

LP - nato 14 (1981)
CD - 600 340 (1991)
CD - 53025.2 (1992)
CD - 777 740 (1998)






1 - La signification des choix musicaux
(Louis Sclavis)
2 - Musique pour une cérémonie
(Louis Sclavis)
3 - Jour plus tard
(Louis Sclavis)
4 - Per angustia
(Louis Sclavis)
5 - Le pardon
(Jean Méreu)
6 - Levo levo
(Alain Gibert)
7 - Sang
(Louis Sclavis)
8 - Vitesses
(Louis Sclavis)
9 - Ad Augusta
(Louis Sclavis)
 
 

Louis Sclavis : clarinette basse, clarinette, saxophone soprano, voixAlain Gibert : tromboneJean Méreu : trompetteAlain Rellay : saxophonePatrick Vollat : piano
 
 

Jean Rochard
 
 

Christian Savouret, Gérard Gustave
 
 

Chantal Roux, Horace, Pierre Cornuel, Claire Gourdin