Nous savons qu’il existe une maison du dictionnaire et un dictionnaire de la maison. La maison nato a donc eu envie de rassembler ses mots : autant de codes, de clés, de signes et d'intentions qui relient et rallient. Réverbères du chemin des écoliers, ceux du diconato éclairent un peu davantage la syntaxe fantaisie de ce langage incontrôlé.


Choisissez un mot ci-dessous :



Fleur : n. f.

Les plantes à fleurs, qui répondent également au doux nom d’angiospermes donnent donc des fleurs qui ne sont autres que de magnifiques organes de reproduction dans leurs enveloppes. Après pollinisation par des insectes et animaux en recherche de nectar (abeilles, bourdons, papillons, coléoptères ou même certains oiseaux, petits mammifères comme la chauve souris ou encore petits marsupiaux), la fleur fécondée se transforme en fruit porteur de graines. Elle est hermaphrodite et dotée de quatre parties aux dénominations plus élégantes les unes que les autres : le calice, la corolle, les étamines et le pistil. Il existe de nombreuses familles de fleurs dont les appellations aiment à se coupler de leur origine latine : Renonculacées (Ranunculaceae), Crucifères (Cruciferae), Papilionacées (Papilionaceae), Campanulacées (Campanulaceae), Labiées (Labiatae), Orchidées (Orchidaceae), Rosacées (Rosaceae). Les variétés de fleurs sont innombrables : clématites, boutons d’or, jonquilles, mimosas, azorinas, jasmins, potentilles, magnolias, pâquerettes, campanules, coucous, dame d'onze heures, galéopsis, géraniums, hommes pendus, chrysanthèmes, pensées, immortelles, mélampyres, coquelicots, horminelles, edelweiss, myosotis, orpins, pavots, perces neige, saxifrages, bleuets, giroflées, glaïeuls, ou ruines de Rome (dont l’appellation latine Cymbalaria muralis signifie toute autre chose) parmi des milliers et des milliers. Les noms de fleurs peuvent devenir des prénoms (le plus souvent de jeunes filles, les garçons sont réduits aux tristes saints) : Violette, Rose, Jacinthe, Capucine, Marguerite, Iris, Anémone ou bien simplement Fleur, des noms propres : Tournesol (Tryphon), Lupin (Arsène), La Tulipe (Fanfan), La Bruyère (Jean de), des signes de ralliement monarchistes (le lys usé) ou révolutionnaires (les œillets du Portugal ou la Rose Blanche contre Hitler). La fleur est reine au printemps, saison qui lui fait la part belle depuis que Chloris a métamorphosé une nymphe mourante en rose. Un émoi sans précédent s’en était suivi dans toute l’Olympe dont les divinités en grand chambardement et pour une fois solidaires témoignèrent d’un seul coup d’un seul de sentiments beaux, neufs, forts et généreux. Le langage des fleurs, créatures éminemment poétiques, couvre toutes les qualités et ressentis humains avec des déclinaisons particulièrement riches pour l’amour et l’érotisme. Nombreux sont les artistes et artisans à fleur de peau qui s’en sont emparées pour autant de toiles, de sonnets, de chansons, de symphonies, d’illustrations. Ces plantes sont éphémères et se fanent. Cela nécessite de notre part autre chose qu’un coup de pot, une extrême vigilance des sentiments pour ne pas partir trop vite avec elles et pouvoir regarder les suivantes afin d’en cultiver les meilleures leçons dans la fleur de l’âge.





Benoît Delbecq - Crescendo in Duke
Lol Coxhill - Barre Phillips - JT Bates - The rock on the hill
Collectif - Le Chronatoscaphe
Ursus Minor - Coup de sang
Sam Rivers - Tony Hymas - Winter Garden
Collectif - Vol pour Sidney
British Summer Time Ends - Spy among the roses
Tohban Djan - Poison petal
Annick Nozati - Fred Van Hove - Uit
Gérard Siracusa - Slumberland
Jac Berrocal - Hotel Hotel
Lol Coxhill - The Inimitable
Michel Doneda - Terra
Alterations - My favourite animals
Sylvain Kassap - L'Arlésienne
Violeta Ferrer - Poemas de Federico Garcia Lorca