Nous savons qu’il existe une maison du dictionnaire et un dictionnaire de la maison. La maison nato a donc eu envie de rassembler ses mots : autant de codes, de clés, de signes et d'intentions qui relient et rallient. Réverbères du chemin des écoliers, ceux du diconato éclairent un peu davantage la syntaxe fantaisie de ce langage incontrôlé.


Choisissez un mot ci-dessous :



Partisan : n. m.

Être partisan, c'est au bas mot, prendre parti pour une cause, une doctrine, et souvent, orbi et urbi, un parti politique. Inconfortable dans un idéal trop confortables, le partisan se meut, lors de situations particulières réclamant de nouveaux comportement urgents, en défenseur des idées partagées avec ses pairs. Il y a donc un pas entre le bien aisé partisan d'un parti politique et celui qui prend la tangente au risque de sa vie. L'un opère par tisane, l'autre par armes blanches ou à feu. Le partisan deuxième manière est aussi le nom donné aux résistants d'obédiences diverses s'opposant à la domination du IIIème Reich par la lutte armée. Des chansons comme "Le chant des partisans" ou "La complainte du partisan" (aussi appelée "Le partisan") ont popularisé cette appellation alors que les représentants de l'Allemagne nazie comme ceux de l'Etat français de Vichy les nommaient volontiers "Terroristes". En 1970, "The partisan", chanson adaptée par Leonard Cohen, a témoigné d'un petit coup de chien de l'idée qui reprenait du poil de la bête. De nos jours, si le terme "terroriste" est facilement utilisé à tort et à travers, celui de "partisan" tend à disparaître, est-ce parce que nous sommes les témoins passifs de partisans lassés d'adresse ?





Fantastic Merlins with Kid Dakota - How the light gets in
Tony Hymas - Chroniques de résistance