Louis Sclavis par Matet
Louis Sclavis

Louis Sclavis : clarinettes, saxophones

Fils de photographe, Louis Sclavis commence son apprentissage de la clarinette à dix ans dans l’Harmonie Municipale de Monchat. Son penchant pour le jazz est déclenché par l’écoute d’Albert Nicholas, Sidney Bechet et le Nouvelle-Orléans. Il ajoute la pratique des saxophones (soprano et alto) à celle de la clarinette et en 1968, rencontre Maurice Merle en même temps qu’il entre au conservatoire de Lyon.

Sa passion pour le jazz grandit avec les fréquents concerts lyonnais. En 1972, il commence la clarinette basse dont il va devenir un des grands spécialistes. En 1974, Jean Méreu, alors actif dans les collectifs politisés de François Tusques ou Denis Levaillant, quitte le Free Jazz Workshop. Maurice Merle propose à Louis Sclavis d’entrer dans le groupe qui deviendra un élément fondateur de sa carrière. Le Free Jazz Workshop qui enregistre un album avec Colette Magny devient Workshop de Lyon. Louis accompagne également des chanteurs comme Claire ou Steve Waring.

En 1976, deuxième grande étape : la création de l’Arfi (Association à la recherche d’un folklore imaginaire) qui fédère les musiciens lyonnais à l’instar d’autres grands collectifs européens. L’Arfi apporte sa marque dans le paysage musical et fait de nombreux émules. Au sein de l’association dont il est un membre très actif, Sclavis joue dans plusieurs groupes : le Marvelous Band, la Marmite Infernale ou le duo avec Jean Bolcato (où il joue également du bandonéon).

Le tournant des années 70/80 est l’occasion de nombreuses rencontres pour ce brillant instrumentiste : Bernard Lubat (il séjourne dans la Compagnie Lubat), Michel Portal, Jacques Di Donato, Henri Texier (il remplace Eric Lelan dans son quartet). À la Chapelle des Lombards, il joue en quartet avec Michel Portal, Jean-Louis Chautemps et Jacques Di Donato et avec le Worshop de Lyon invite Michel Portal ou le jeune tromboniste de Vichy Yves Robert.

À Chantenay-Villedieu, Louis Sclavis offre un mémorable hommage à Albert Ayler avec les cors de chasse de la fanfare. nato alors naissant lui propose d’emblée d’enregistrer. Ce sera Ad Augusta per Angustia, disque solo où apparaissent quelques amis de l’Arfi.

Louis Sclavis multiplie les rencontres, il joue dans le quintet de Didier Levallet, un temps dans le nouveau Brotherhood of Breath de Chris McGregor. Il joue également à Chantenay avec John Stevens et Trevor Watts. Il tourne avec Tony Oxley, croise le sax avec Larry Stabbins (qui lui propose même d’être invité du groupe en vogue Working Week – ce qui ne pourra se faire, l’agenda du clarinettiste explosant sous la demande). Il joue aussi en duo avec Daunik Lazro, Lol Coxhill ou André Jaume.

À Chantenay, il se produit avec un trio remarquable : John Lindberg à la contrebasse et le batteur est allemand Günter Sommer dont ce sera la première française. Au théâtre Dunois, à l’invitation de Lol Coxhill, il joue en trio avec le sopraniste anglais et Michel Portal.

Toujours très actif à l’Arfi, il crée aussi par ailleurs son propre groupe, le Tour de France, qui fait la part belle, de façon régionale, aux musiciens en devenir comme Michel Doneda ou Beñat Achiary. Il enregistre en même temps son second disque pour nato Rencontres (avec Günter Sommer, Conrad Bauer, Gérard Marais et Philippe Deschepper) et le fameux Clarinettes qu’il produit lui-même avec l’aide d’Alain Gibert, pour IDA et qui sera jusqu’à ce jour l’une des meilleures ventes du jazz français. Cet album le consacre comme figure essentielle de la scène française, reconnue internationalement (ce qui est très rare).

En 1988, il quitte le Workshop de Lyon. Il enchaîne avec succès et de façon incessante, groupes et créations. Son enregistrement suivant, toujours produit par lui-même pour IDA avec Bruno Chevillon, Christian Ville et François Raulin, connaît également un grand succès. Sa rencontre avec le photographe Guy Le Querrec à l’occasion d’un atelier au festival de la Roche Jagu organisé par Henri Texier est aussi le point de départ d’une longue collaboration. Celle-ci les amènera jusqu’en Afrique et à la création d’un supergroupe avec le batteur Aldo Romano.

Louis Sclavis sera invité aux côtés de Tony Coe par Steve Beresford pour son Extraordinaire Jardin de Charles Trenet dont une représentation aura lieu au festival de Marne La Vallée.

Il enregistrera aussi pour nato avec le quartet de Gérard Siracusa. Il est également membre du Tres Hora de Sol de Jean-Marc Padovani avec Violeta Ferrer. À Berlin, devenu familier de FMP, il joue avec Cecil Taylor.

Dans les années 90, logiquement devenu l’un des musiciens honorés par la marque de Manfred Eicher, ECM, Louis Sclavis y expérimente nombreuses formules dont le très remarqué Napoli’s Waltz. Il compose aussi pour le cinéma (Jean-Louis Comolli, Bertrand Tavernier). Musicien représentatif de son époque, il est loué à ce titre par l’Europa Jazz Festival du Mans qui lui offre 25 concerts à l’occasion des 25 ans du festival.

Le parcours de Louis Sclavis a fait bien des émules. Il incarne presque à lui seul, une certaine idée du développement de la musique française et du changement qui s’est opéré dans les années 80.






Noël Akchoté
Alterations
Jean Annestay
Steve Argüelles
Jean-Jacques Avenel
Chris Bates
JT Bates
Liria Begeja
Clive Bell
Han Bennink
Steve Beresford
Jac Berrocal
Elsa Birgé
Michael Bland
Raymond Boni
Benjamin Bouchet
Boucq
Terry Bozzio
Hélène Breschand
British Summer Time Ends
Brother Ali
Etienne Bultingaire
Hugh Burns
Carnage the Executioner
George Cartwright
Stéphane Cattaneo
Tony Coe
Denis Colin
Collectifs
Mike Cooper
François Corneloup
Robert Cornford
Pierre Cornuel
Lol Coxhill
Valérie Crinière
Pablo Cueco
Peter Cusack
Terry Day
Catherine Delaunay
Benoît Delbecq
Desdamona
Daniel Deshays
Michel Doneda
Urszula Dudziak
Ada Dyer
Stuart Elliott
Françoise Fabian
Fantastic Merlins
Fat Kid Wednesdays
Violeta Ferrer
Sylvie Fontaine
Etienne Gaillochet
Sylvain GirO
Eric Kamau Grávátt
Beb Guérin
Ulrich Gumpert
Alan Hacker
Nathan Hanson
Happy Apple
Peter Hennig
Kazuko Hohki
Hornheads
Chico Huff
Tony Hymas
Hymn for Her
Ill Chemistry
Jean-François Jenny-Clark
Jef Lee Johnson
Elvin Jones
Kahondo Style
Sylvain Kassap
Kid Dakota
Dave King
Lee Konitz
Hélène Labarrière
Timothée Le Net
Joëlle Léandre
Cyril Lefebvre
Emilie Lesbros
Denis Levaillant
Didier Levallet
Stéphane Levallois
Mael Lhopiteau
John Lindberg
Adam Linz
Lonely Bears (The)
Henry Lowther
Dean Magraw
Taj Mahal
Tony Malaby
Julien Mariolle
Tonie Marshall
Erwan Martinerie
Gwen Matthews
Thierry Mazaud
François Méchali
Melody Four (The)
Jean-Marie Nivaigne
Annick Nozati
Julien Padovani
Evan Parker
Charlie Patierno
J.-F. Pauvros
Abel Paz
Pepsi
Billy Peterson
Didier Petit
Barre Phillips
Frédéric Pierrot
Dominique Pifarély
Michel Portal
Jeanne Puchol
Christelle Raffaëlli
Vernon Reid
Rahjta Ren
Michael Rennie
Phil Reptil
Nathalie Richard
Boots Riley
Sam Rivers
Jean Rochard
Brian Roessler
Louis Sclavis
Mike Scott
Guillaume Séguron
Davu Seru
Jean Simon
Andy Singer
Gérard Siracusa
Macdara Smith
Günter Sommer
Claude Tchamitchian
Jacques Thollot
Marie Thollot
Sonny Thompson
Yohannes Tona
David Toop
Sylvain Torikian
Ali Farka Touré
Marianne Trintzius
Matt Turner
François Tusques
Ursus Minor
Fred Van Hove
Bernard Vitet
Ray Warleigh
Charlie Watts
Steve Wiese
Barney Wilen
Stokley Williams
Zarboth
John Zorn