Evan Parker (DR)
Evan Parker

Evan Parker : saxophone ténor

Le 5 avril 1944, nous sommes à la veille d'un monde renouvelé, une partie de siècle qui va bientôt sonner comme une nouvelle ère. À Bristol, ville industrielle marquée par les bombardements de l'armée allemande naît Evan Parker, 40 ans après Cary Grant. À 14 ans, admirateur de Lee Konitz et Paul Desmond, il s'initie au saxophone alto mais l'écoute de Coltrane dès 1960 le fait opter pour le ténor. Le voyage commence avec l'étude de la botanique en 1962 à l'université de Birmingham et lors d'un voyage scolaire à New York, il entend le trio de Cecil Taylor. Il en revient tout chamboulé : " Une musique d'une force dont l'intensité me marquera à vie... Je revins avec mes ambitions académiques en lambeaux et le rêve fou de faire ma vie à jouer ce genre de musique -« free jazz », ils l'appelaient alors."

À Birmingham, il fréquente le pianiste Howard Riley avec qui il étudie. En 1966, départ pour Londres. Là, il ne manque pas une miette de ce qui se passe au Little Theatre Club, centre nerveux de la britannique vie musicale libérée. Le batteur John Stevens qui en est la figure de proue ne tarde pas à l'inviter. Evan Parker devient membre du Spontaneous Music Ensemble, groupe pionnier dans l'aventure de la Free Music Européenne. Bientôt, c'est l'enregistrement de Karyobin (Stevens, Parker, Derek Bailey, Dave Holland et Kenny Wheeler), disque phare des nouvelles pratiques improvisées qui prennent leurs distances avec le Free Jazz américain. L'album est enregistré par Eddie Kramer aux studios Olympic parallèlement aux premiers enregistrements de Jimi Hendrix.

Les rencontres vont bon train et une nouvelle musique est en marche. Avec Derek Bailey et Tony Oxley, fort de la nécessité d'un contrôle plus grand et surtout de la possibilité de donner traces à cette musique bouillonnante, il crée les disques Incus. De l'autre côté du Rhin, les musiciens allemands sont aussi énergiquement à l'oeuvre pour ce grand chamboulement musical et les liens se font naturellement entre Parker et Peter Brötzmann, Peter Kowald, Manfred Schoof, Paul Lovens. Les Hollandais comme Han Bennink ou Misha Mengelberg ne sont pas en reste, les Suisses Irène Schweizer et Pierre Favre non plus.

Trois grands ensembles vont alors également marquer le développement du saxophoniste : Globe Unity Orchestra d'Alexander Von Schlippenbach, Le Brotherhood of Breath de Chris McGregor et le London Jazz Composers Orchestra de Barry Guy. Orchestres où l'improvisation occupe une grande part bordée ou débordée par marches et standards (Eisler ou Monk pour le Globe Unity, la musique sud-africaine pour le Brotherhood, ou la musique contemporaine pour le LJCO).

Evan Parker ne se laisse jamais enfermer dans un style - quand bien même il en est l'un des inventeurs. Au cours des ans, il travaille avec Gavin Bryars, Michael Nyman, Annette Peacock, Scott Walker, Frederic Rzewski, Robert Wyatt ou Charlie Watts.

Avec ses solos de soprano, maître de la respiration circulaire, inventeur de techniques nouvelles sur l'instrument, il s'impose comme le saxophoniste de l'étape suivant celle de John Coltrane. Les albums Saxophones solos et Monoceros sortis en 1975 et 1978 constituent les pierres fondatrices d'une très grande oeuvre.

Son trio avec Barry Guy et Paul Lytton demeure l'une des formations essentielles à la compréhension de la vitalité musicale mêlant l'héritage de la révolution des années 60 à une actualité bouillonnante sans faille nostalgique.

Passionné par l'électronique depuis Music Improvising Company (premier disque ECM en 1969), il dirige l'Electro-Acoustic Ensemble.

Dans la seconde partie des années 80, Evan Parker quitte Incus et, dans le monde de la musique libre qui a parfois malgré lui déterminé ses propres frontières, il affiche une liberté totale affranchie de tout dogme.

Les échanges entre Parker et d'autres musiciens sont inombrables, on citera au fil des ans : Anthony Braxton, Marylin Crispell, Agusti Fernandez, Stan Tracey, Jah Wobble, David Sylvian, Cecil Taylor, Henri Texier, Paul Bley, Barre Phillips, Kent Carter, Lol Coxhill, Steve Lacy, Christine Jeffrey, Michel Portal, Lawrence Casserley, Mark Sanders, Paul Rogers, Louis Moholo, John Edwards, Walter Pratti, Phil Wachsmann, Paul Rutherford...

Il enregistre avec Jean-François Pauvros (Hamster Attack) qu'il retrouvera des années plus tard dans Marteau Rouge. Il est avec Charlie Watts pour une séance mémorable de Vol Pour Sidney (c'est lui qui suggère de jouer un second morceau "Laughin in Rythm", alors que Watts n'a pas envie de se limiter à un seul titre). Il rencontre Tony Hymas pour Left for Dead et devient membre de cet ensemble européen/amérindien. En 1996, il participe à l'aventure Buenaventura Durruti et joue à la CNT pui avec Los Incontrolados (avec qui il enregistre). Il joue au festival de Chantenay-Villedieu avec Olly Blanchflower et Tony Marsh en 1986 et est invité au festival Minnesota sur Seine en 2006 et 2007 où il joue avec Fat Kid Wednesdays, Tony Hymas ainsi qu'en invité avec le groupe de Jacky Molard.

À l'instar de ses héros, Evan Parker a contribué non seulement au renouvellement de la musique, à son émancipation toujours nécessaire, mais à l'image d'une réalité mouvante où l'histoire tient sa place active.






Noël Akchoté
Alterations
Jean Annestay
Steve Argüelles
Jean-Jacques Avenel
Chris Bates
JT Bates
Liria Begeja
Clive Bell
Han Bennink
Steve Beresford
Jac Berrocal
Elsa Birgé
Michael Bland
Raymond Boni
Benjamin Bouchet
Boucq
Terry Bozzio
Hélène Breschand
British Summer Time Ends
Brother Ali
Etienne Bultingaire
Hugh Burns
Carnage the Executioner
George Cartwright
Stéphane Cattaneo
Tony Coe
Denis Colin
Collectifs
Mike Cooper
François Corneloup
Robert Cornford
Pierre Cornuel
Lol Coxhill
Valérie Crinière
Pablo Cueco
Peter Cusack
Terry Day
Catherine Delaunay
Benoît Delbecq
Desdamona
Daniel Deshays
Michel Doneda
Urszula Dudziak
Ada Dyer
Stuart Elliott
Françoise Fabian
Fantastic Merlins
Fat Kid Wednesdays
Violeta Ferrer
Sylvie Fontaine
Etienne Gaillochet
Sylvain GirO
Eric Kamau Grávátt
Beb Guérin
Ulrich Gumpert
Alan Hacker
Nathan Hanson
Happy Apple
Peter Hennig
Kazuko Hohki
Hornheads
Chico Huff
Tony Hymas
Hymn for Her
Ill Chemistry
Jean-François Jenny-Clark
Jef Lee Johnson
Elvin Jones
Kahondo Style
Sylvain Kassap
Kid Dakota
Dave King
Lee Konitz
Hélène Labarrière
Timothée Le Net
Joëlle Léandre
Cyril Lefebvre
Emilie Lesbros
Denis Levaillant
Didier Levallet
Stéphane Levallois
Mael Lhopiteau
John Lindberg
Adam Linz
Lonely Bears (The)
Henry Lowther
Dean Magraw
Taj Mahal
Tony Malaby
Julien Mariolle
Tonie Marshall
Erwan Martinerie
Gwen Matthews
Thierry Mazaud
François Méchali
Melody Four (The)
Jean-Marie Nivaigne
Annick Nozati
Julien Padovani
Evan Parker
Charlie Patierno
J.-F. Pauvros
Abel Paz
Pepsi
Billy Peterson
Didier Petit
Barre Phillips
Frédéric Pierrot
Dominique Pifarély
Michel Portal
Jeanne Puchol
Christelle Raffaëlli
Vernon Reid
Rahjta Ren
Michael Rennie
Phil Reptil
Nathalie Richard
Boots Riley
Sam Rivers
Jean Rochard
Brian Roessler
Louis Sclavis
Mike Scott
Guillaume Séguron
Davu Seru
Jean Simon
Andy Singer
Gérard Siracusa
Macdara Smith
Günter Sommer
Claude Tchamitchian
Jacques Thollot
Marie Thollot
Sonny Thompson
Yohannes Tona
David Toop
Sylvain Torikian
Ali Farka Touré
Marianne Trintzius
Matt Turner
François Tusques
Ursus Minor
Fred Van Hove
Bernard Vitet
Ray Warleigh
Charlie Watts
Steve Wiese
Barney Wilen
Stokley Williams
Zarboth
John Zorn