Taj Mahal par B. Zon
Taj Mahal

Taj Mahal : chant, guitare

Taj Mahal est un bluesman moderne, un de ceux qui a consciencieusement transmis l'héritage des fondateurs qu'il a souvent reçu de façon personnelle. Et ce blues, il l'a partagé, transposé, transplanté à la manière d'un grand voyageur attentif à la moindre étape.

Taj Mahal est né à Henry St. Claire Fredericks le 17 Mai 1942 dans le Massachusetts. Ses parents, musiciens, encouragent leurs enfants dans la voie musicale autant que dans celle qui consiste à affirmer son héritage. Il reçoit un enseignement de piano classique et profite de la collection de disques encyclopédique de son père. Sa soeur Carole, chanteuse connaitra une carrière en France comme choriste, puis comme membre du groupe Fredericks Goldman Jones (avec jean-Jacques Goldman et Michael Jones).

Le jeune Henry s'intéressera aussi à la clarinette, au trombone et à l'harmonica et se fera un plaisir de chanter en toutes occasions. Par un voisin guitariste, il découvre les enregistrements de Muddy Waters, Lightnin' Hopkins, John Lee Hooker et Jimmy Reed et l'homme l'initie aux rudiments du Delta Blues.

À la maison, on ne parle pas seulement anglais, mais aussi créole et autres dialectes des Caraïbes. Des musiciens venus d'Afrique sont reçus à la maison et Henry Fredericks prend la pleine mesure d'une vision large de la musique Afro-Américaine. À l'université, il étudie l'agriculture et prend le pseudonyme de Taj Mahal qui à l'instar de Bob Dylan deviendra son nom réel, à l'issue d'un rêve.

En 1964, il part à Los Angeles où il forme les Rising Sons avec Ry Cooder. C'est l'occasion de rencontres avec Otis Redding ou les Temptations, puis de façon déterminante, de Howlin' Wolf, Muddy Waters, Junior Wells, Buddy Guy, Lightnin' Hopkins et Sleepy John Estes. Ses premiers disques sont très remarqués et imposent un style qui saura concilier les publics noirs et blancs : Taj Mahal (1967), The Natch'l Blues (1968) and Giant Step (1969).

Son groupe révèle aussi le guitariste Kiowa Jesse Ed Davies que l'on retrouvera avec George Harrison. Taj Mahal ne se contente pas de ses premiers succès, il creuse et cherche plus profondément du côté de ses racines ou d'une musique plus expérimentale. Il est très proche de Jimi Hendrix avec qui il joue. On le retrouve aussi dans le Circus des Rolling Stones. Il met en musique une pièce de Langston Hughes. Son album live : The Real Thing avec la complicité d'Howard Johnson compte parmi les albums déterminants de la musique noire. On y affirme l'importance des graves.

Taj Mahal travaille également avec des musiciens africains comme Toumani Diabaté et figure en compagnie de Miles Davis et John Lee Hooker sur la bande originale du film The Hot Spot composée par Jack Nitzsche pour Dennis Hopper. Il participe chez nato à Vol pour Sidney, disque qui attire son attention sur la richesse de l'univers de Sidney Bechet, musicien parfois oublé aux USA du fait de son installation en France.

Dans Maestro: Celebrating 40 Years, dernier opus d'une carrière qui n'en manque pas, il invite Ben Harper, Jack Johnson, Ziggy Marley, Angelique Kidjo, Los Lobos. À Minneapolis, il joue avec Bonnie Rait. Il est le premier artiste à enregistrer pour le projet des disques nato inspiré de l'Histoire Populaire des USA d'Howard Zinn.






Noël Akchoté
Alterations
Jean Annestay
Steve Argüelles
Jean-Jacques Avenel
Chris Bates
JT Bates
Liria Begeja
Clive Bell
Han Bennink
Steve Beresford
Jac Berrocal
Elsa Birgé
Michael Bland
Raymond Boni
Benjamin Bouchet
Boucq
Terry Bozzio
Hélène Breschand
British Summer Time Ends
Brother Ali
Etienne Bultingaire
Hugh Burns
Carnage the Executioner
George Cartwright
Stéphane Cattaneo
Tony Coe
Denis Colin
Collectifs
Mike Cooper
François Corneloup
Robert Cornford
Pierre Cornuel
Lol Coxhill
Valérie Crinière
Pablo Cueco
Peter Cusack
Terry Day
Catherine Delaunay
Benoît Delbecq
Desdamona
Daniel Deshays
Michel Doneda
Urszula Dudziak
Ada Dyer
Stuart Elliott
Françoise Fabian
Fantastic Merlins
Fat Kid Wednesdays
Violeta Ferrer
Sylvie Fontaine
Etienne Gaillochet
Sylvain GirO
Eric Kamau Grávátt
Beb Guérin
Ulrich Gumpert
Alan Hacker
Nathan Hanson
Happy Apple
Peter Hennig
Kazuko Hohki
Hornheads
Chico Huff
Tony Hymas
Hymn for Her
Ill Chemistry
Jean-François Jenny-Clark
Jef Lee Johnson
Elvin Jones
Kahondo Style
Sylvain Kassap
Kid Dakota
Dave King
Lee Konitz
Hélène Labarrière
Timothée Le Net
Joëlle Léandre
Cyril Lefebvre
Denis Levaillant
Didier Levallet
Stéphane Levallois
Mael Lhopiteau
John Lindberg
Adam Linz
Lonely Bears (The)
Henry Lowther
Dean Magraw
Taj Mahal
Tony Malaby
Julien Mariolle
Tonie Marshall
Erwan Martinerie
Gwen Matthews
Thierry Mazaud
François Méchali
Melody Four (The)
Jean-Marie Nivaigne
Annick Nozati
Julien Padovani
Evan Parker
Charlie Patierno
J.-F. Pauvros
Abel Paz
Pepsi
Billy Peterson
Didier Petit
Barre Phillips
Frédéric Pierrot
Dominique Pifarély
Michel Portal
Jeanne Puchol
Christelle Raffaëlli
Vernon Reid
Rahjta Ren
Michael Rennie
Phil Reptil
Nathalie Richard
Boots Riley
Sam Rivers
Jean Rochard
Brian Roessler
Louis Sclavis
Mike Scott
Guillaume Séguron
Davu Seru
Jean Simon
Andy Singer
Gérard Siracusa
Macdara Smith
Günter Sommer
Claude Tchamitchian
Jacques Thollot
Marie Thollot
Sonny Thompson
Yohannes Tona
David Toop
Sylvain Torikian
Ali Farka Touré
Marianne Trintzius
Matt Turner
François Tusques
Ursus Minor
Fred Van Hove
Bernard Vitet
Ray Warleigh
Charlie Watts
Steve Wiese
Barney Wilen
Stokley Williams
Zarboth
John Zorn