Sylvain Torikian
Sylvain Torikian

Sylvain Torikian : compagnon (organisateur de concerts)

Cet ancien professeur de mathématiques, vit à la fin des années 70 dans un squat non loin d’un lieu autogéré par des artistes (François Tusques, Kirjuhel...), le théâtre Dunois (dans la rue du même nom au 28). Barman de l’endroit, les artistes précités lui confient rapidement les clés et le voilà créant ce qui va devenir l’un des endroits phares des musiques en train. Il y développe instantanément une programmation qui intrigue puis excite toutes les antennes parisiennes, françaises puis internationales.

Co-dirigeant l’endroit avec Nelly Lohier, ils ouvrent aussi les portes de l’insensée bâtisse aux enfants avec une programmation exemplaire de ce qui peut faire vibrer et rêver nos chers bambins.

Alors qu’on lui propose de s’occuper d’une programmation à l’Ircam (plusieurs concerts à Beaubourg), il rejoint aussi le Japif (première association regroupant des producteurs de disques, spectacles, journalistes et musiciens). Il offre à nato qui fait ses premiers pas une journée inauguratrice le 15 juin 1981.

Ce jour sera fondateur pour nato qui présente ses premiers disques ainsi qu’un concert de Violeta Ferrer, André Jaume, Raymond Boni et François Tusques. Dunois devient immédiatement un endroit essentiel au développement de nato qui s’y trouve fort bien et y enregistre plusieurs disques jusqu’à l’année des Zlitons qui verra les micros de nato s’expatrier en Angleterre.

Nelly Lohier développe aussi la vidéo au théâtre Dunois, elle filme le festival de Chantenay, cousin Sarthois de Dunois. Certains titres des disques nato ("Makoko" par Tony Coe dédié à la chatte de l’endroit, Ascenseur pour le 28 de Günter Sommer, The Dunois solos par Lol Coxhill etc.) font référence au fameux théâtre et beaucoup traduisent l’ambiance du lieu (Ad augusta per Angustia, premier opus de Louis Sclavis par exemple), ambiance qui a ses symboles (Makoko, Monsieur Leon, Rose...).

Dunois joue avec tout et se joue de tout allant même jusqu’à organiser un Piano Mundial lors de la coupe du Monde de Football où les meilleurs pianistes européens accompagnent les matchs à la façon des films muets. La crème de la crème joue à Dunois : Evan Parker, Derek Bailey, Han Bennink, Tony Coe, Alan Hacker, Daunik Lazro, Sonny Sharrock, Tim Berne, Steve Lacy et les projets musicaux, collectifs (les Zhivaro) et créations se font tout naturellement dans cet endroit qui les accueille aussi généreusement que l’Arche de Noé, les animaux. Point de routine, Dunois est un lieu d’ouverture (l’on se souvient du strip-tease d’Annick Nozati avec Lol Coxhill) et d’incroyables convergences.

Sylvain Torikian, qui a aussi fait un séjour à l’IACP d’Alan Silva, est saxophoniste du groupe les Mobimous qui se produit sur un toit au festival de Chantenay, donne un concert en pédalo lors de ce même festival et jouera avec différentes formations au festival de la Rillette ou au Carnaval de Chantenay.

L’ensemble, dont l’hymne est "Pose ton fardeau et remets la machine en route" de François Tusques et le morceau de bravoure "Le plus grand chapiteau du monde", paradent également dans les rues du XIIIeme.

Avec Jean Rochard, également membre du Japif, Sylvain Torikian est de l’aventure Jazz Ensuite (magazine musical) et ensemble, ils organisent au sein du Japif avec beaucoup de rires, le fringant Premier Salon du Jazz et des Musiques Improvisées. Sylvain Torikian anime aussi une émission de radio.

En 1985, les menaces de démolition du Théâtre Dunois par une ville insensible aux ébats musicaux qui résonnent pourtant à travers toutes la planète se font sentir. C’est aussi le temps où l’institution met son nez pas toujours au diapason, dans tout ce qui swingue, frotte, gratte. Sylvain Torikian est vite repéré par la reine et se voit confier l’administration de l’Orchestre National de Jazz dont la première a lieu au Théâtre des Champs Elysées. Simone de Beauvoir a beau s’y ennuyer, l’orchestre continue et Sylvain le manage au mieux jusqu’en 1991 où cette fois, c’est lui qui s’ennuie.

Avec Nelly Lohier, il co-dirige alors les nouveaux murs du Théâtre Dunois, une rue plus loin, rue du Chevaleret. La programmation y est aussi eclectique qu’à l’ancien nid de légende. Dunois et nato se retrouvent pour quelques soirées, Lol Coxhill et Pat Thomas ou l’ensemble Left for Dead pour deux séries.

Le Dunois est toujours un haut lieu de l’enfance et Sylvain Torikian a depuis souvent offert ses compétences de conseil à moultes organismes. Cet artisan qui a beaucoup fait pour nato se livre aussi aujourd’hui passionnément à l’écriture.






Noël Akchoté
Alterations
Jean Annestay
Steve Argüelles
Jean-Jacques Avenel
Chris Bates
JT Bates
Liria Begeja
Clive Bell
Han Bennink
Steve Beresford
Jac Berrocal
Elsa Birgé
Michael Bland
Raymond Boni
Benjamin Bouchet
Boucq
Terry Bozzio
Hélène Breschand
British Summer Time Ends
Brother Ali
Etienne Bultingaire
Hugh Burns
Carnage the Executioner
George Cartwright
Stéphane Cattaneo
Tony Coe
Denis Colin
Collectifs
Mike Cooper
François Corneloup
Robert Cornford
Pierre Cornuel
Lol Coxhill
Valérie Crinière
Pablo Cueco
Peter Cusack
Terry Day
Catherine Delaunay
Benoît Delbecq
Desdamona
Daniel Deshays
Michel Doneda
Urszula Dudziak
Ada Dyer
Stuart Elliott
Françoise Fabian
Fantastic Merlins
Fat Kid Wednesdays
Violeta Ferrer
Sylvie Fontaine
Etienne Gaillochet
Sylvain GirO
Eric Kamau Grávátt
Beb Guérin
Ulrich Gumpert
Alan Hacker
Nathan Hanson
Happy Apple
Peter Hennig
Kazuko Hohki
Hornheads
Chico Huff
Tony Hymas
Hymn for Her
Ill Chemistry
Jean-François Jenny-Clark
Jef Lee Johnson
Elvin Jones
Kahondo Style
Sylvain Kassap
Kid Dakota
Dave King
Lee Konitz
Hélène Labarrière
Timothée Le Net
Joëlle Léandre
Cyril Lefebvre
Emilie Lesbros
Denis Levaillant
Didier Levallet
Stéphane Levallois
Mael Lhopiteau
John Lindberg
Adam Linz
Lonely Bears (The)
Henry Lowther
Dean Magraw
Taj Mahal
Tony Malaby
Julien Mariolle
Tonie Marshall
Erwan Martinerie
Gwen Matthews
Thierry Mazaud
François Méchali
Melody Four (The)
Jean-Marie Nivaigne
Annick Nozati
Julien Padovani
Evan Parker
Charlie Patierno
J.-F. Pauvros
Abel Paz
Pepsi
Billy Peterson
Didier Petit
Barre Phillips
Frédéric Pierrot
Dominique Pifarély
Michel Portal
Jeanne Puchol
Christelle Raffaëlli
Vernon Reid
Rahjta Ren
Michael Rennie
Phil Reptil
Nathalie Richard
Boots Riley
Sam Rivers
Jean Rochard
Brian Roessler
Louis Sclavis
Mike Scott
Guillaume Séguron
Davu Seru
Jean Simon
Andy Singer
Gérard Siracusa
Macdara Smith
Günter Sommer
Claude Tchamitchian
Jacques Thollot
Marie Thollot
Sonny Thompson
Yohannes Tona
David Toop
Sylvain Torikian
Ali Farka Touré
Marianne Trintzius
Matt Turner
François Tusques
Ursus Minor
Fred Van Hove
Bernard Vitet
Ray Warleigh
Charlie Watts
Steve Wiese
Barney Wilen
Stokley Williams
Zarboth
John Zorn